©  Catherine Désirée, 2019    Tous droits réservés                               Mis à jour  10/11/2019

La tonalité expressive des arts explorés se caractérise par l'alliage de la tragédie et de la féerie dans un terreau opératique porteur, La Tragi-Féerie, vibrante dans la ligne scripturale, immanente dans l'image révélée, cristallisée en forme stellaire dans les arts vivants.

L'Arc

© Catherine Désirée

[2017]

[Transposition imagée de l'orchestration

de Don Giovanni de Wolfgang Amadeus Mozart

par Teodor Currentzis, avec MusicAeterna]

 

La Tragi-Féerie, ou L'Opératique, fait entendre un rapport au monde entier, conjuguant les ténèbres épaissies, la souffrance abîmée - enfers orphiques - et l'émerveillement porteur, la joie lyrique, l'embrasement d'une étincelle jaillissante:

 post tenebras spero lucem

 

VEGA

ALPHA LYRAE

Dans le métabolisme des arts vivants, le sujet spectaculaire, essentiellement opératique, opère une incision, une extraction et un envol dans la puissance des états traversés, possédés, extériorisés faisant œuvre - opera -,  possédant "la vérité dans une âme et un corps"

 

- l'Adieu de La Saison en enfer d'Arthur Rimbaud s'ouvrant aux illuminations confondantes,

 

La Lyre, L'Aigle et Le Cygne taquinant célestement les Muses

 

Semper

 Amo Lucem

© Catherine Désirée

[2017]

LA TRAGI-FÉERIE

L'OPÉRATIQUE