©  Catherine Désirée, 2019    Tous droits réservés                               Mis à jour  10/11/2019

 EVIDERIS,

COURTS MÉTRAGES

 

Le  verbe intransitif latin Evideri signifie "apparaître entièrement".

Les Evideris sont des courts métrages poétiques parachevant entre autres les Actions poétiques du Cercle VERA CRUX.

Le premier court métrage Spectre  ἀγαθός . Spectre Agathos a été réalisé en novembre 2017 à partir de la performance Agathos créée pour le finissage de l'exposition collective Night of the Living Scarecrows  présentée par The Montesinos Foundation et Fourcade-Bordier en septembre 2017 dans un champ à Sierne, Suisse. 

Spectre  ἀγαθός . Spectre Agathos

* * * * * 

NOTE D'INTENTION

 

PRÉSENTATION

DU COURT-MÉTRAGE EXPÉRIMENTAL

 

Spectre ἀγαθός . Spectre Agathos

 

RÉALISÉ PAR CATHERINE DÉSIRÉE 

EN NOVEMBRE 2017

 

 

 

    Les artistes genevois Elena Montesinos et Nicolas Théodore Bordier, alias Théodore de Hel, ainsi que la galeriste Agustina Fourcade ont organisé une exposition collective autour du thème de l’épouvantail à ciel ouvert, dans un champ à Sierne (Genève, Suisse), du 10 au 23 septembre 2017. 72 œuvres ont été disposées autour d’un agroglyphe conçu par l’artiste genevoise Sylvie Fleury.

 

    Lors du finissage, le 23 septembre 2017, Catherine Désirée, artiste pluridisciplinaire hispano-romande, a proposé, avec sa Compagnie Le Cercle VERA CRUX, une performance poétique autour d’un poème qu’elle a écrit pour l’exposition  - « ἀγαθός » (agathos, « bon » en grec ancien) - à l’image d’« un épouvantail des vents », incantation sonore protectrice. 

 

    À partir d’un matériau composite (vidéos réalisées par Loljia,  photographies réalisées par Wolfgang Wackernagel, vidéos et photographies réalisées par elle-même), Catherine Désirée a conçu, dans son court-métrage intitulé Spectre ἀγαθός . Spectre Agathos, une matière visuelle et sonore explorant la spatialité du champ de Sierne investi par des figures spectrales - l’utilisation du noir et blanc étant prépondérante - soudainement animées par des oscillations colorées intermittentes. 

 

Le poème ἀγαθός restitué visuellement sur la page de l’écran, dans la première moitié du court-métrage, génère une lecture plurielle, ou pluridimensionnelle, en brisant la linéarité conventionnelle de l’art littéraire grâce à la superposition de l’image dévoilée en contrepoint, à laquelle se greffe un substrat sonore fragmenté du poème scandé comme une litanie en écho. 

 

La seconde moitié du court-métrage cible tout particulièrement la performance poétique, intitulée comme le court-métrage Spectre ἀγαθός . Spectre Agathos, où l’interprétation théâtrale du poème par Catherine Désirée donne corps à « l’épouvantail des vents ». Une transposition fragmentaire de la performance joue avec les échos mémoriels scandés, octroyant au palimpseste filmique un continuum fait de suspensions et d’éclairs où la conscience du spectateur se déplace, gravitant autour d’un espace onirique tenu en éveil. 

 

    Le court-métrage Spectre ἀγαθός . Spectre Agathos propose un hymne à l’écriture comme source première de toute spatialité interne, réinvestie à travers l’essor de l’écran performatif devenant « écran-écriture », ou éventail des souffles conjoints, Gesamkunstwerk des temps post-modernes.

 

[par Catherine Désirée, 19 novembre 2017]