©  Catherine Désirée, 2019    Tous droits réservés                               Mis à jour  10/11/2019

LE THÉÂTRE DE LA VOUIVRE

 

Compagnie fondée par Catherine Désirée

le 1er janvier 2015, inaugurée le 24 juin 2015, œuvrant jusqu'en octobre 2o16

 

Viktor Vasnetsov, Les Oiseaux de la joie et du chagrin, Sirin et Alkonost, 1896

 

 

*   *   *

LE NOM: ORIGINE ET SYMBOLIQUE

 

Marcel Aymé, dans son roman La Vouivre, paru en 1941, explique l'origine de cette appellation:

 

"Vouivre, en patois de Franche-Comté, est l'équivalent du vieux mot français guivre qui signifie serpent et qui est resté dans le langage du blason. La Vouivre des campagnes jurassiennes, c'est à proprement parler la fille aux serpents."

 

Au gré des mots, Elle émerge:

 

"Derrière la vipère apparut une jeune fille, d'un corps robuste, d'une démarche fière. Vêtue d'une robe de lin blanc arrêtée au bas du genou, elle allait pieds nus et bras nus, la taille cambrée, à grands pas. Son profil bronzé avait un relief et une beauté un peu mâles. Sur ces cheveux très noirs relevés en couronne, était posée une double torsade en argent, figurant un mince serpent dont la tête dressée. tenait en sa mâchoire une grosse pierre ovale, d'un rouge limpide." [Marcel Aymé, La Vouivre]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La figure de la Vouivre chez Marcel Aymé est certainement la transposition de "la vouivre d'Avoudrey [qui] est la plus belle de Franche-Comté. Outre l'escarboucle qu'elle porte sur la tête. elle a une couronne de perles. Elle descend à minuit, le soir de Noël, au moment où, dans l'église, on chante matines, et vient boire à la fontaine voûtée du village. Elle pose un instant son escarboucle et sa couronne au bord de la source." [in "Guide de la France Mystérieuse", dirigé par René Alleau]

 

 

En se référant à l'ouvrage La Vouivre, un Symbole Universel de Kinthia Appavou et de Robert Régor Mougeot, paru en 2011 aux Éditions du Cosmogone, plusieurs symboliques se rattachent à cette Femme-Serpent-Dragon qui:

 

- "représente les Énergies de la Terre" (cf. p.38),

- "remodèle le paysage, réveillant les forces élémentaires (Terre, Air, Eau, Feu)" (cf. p.57),

- "figure l'union des quatre états de la matière, par sa queue aquatique, par ses griffes attachées à la terre, par ses ailes, et son pouvoir de cracher le feu" (cf. p.66),

- garde un "Trésor inestimable", à savoir celui de l'Immortalité (cf. p.82),

- possède le "troisième œil de la connaissance", l'escarboucle (cf. p.92),

- est "un être hors du commun, réceptive aux énergies de la Terre-Mère et du Cosmos" (cf. p.92),

- fait "l'Unité des Ténèbres et de la Lumière" (cf.p.92),

- est liée "à la Régénération" (cf. p.123),

- est "guérisseuse" (cf. p.190).

 

 

 

LES CINQ REPÈRES:

 

I. L'Incantation, le MANIFESTÉ et la sorcellerie objective animée: trois voies exprimées par Antonin Artaud dans Le théâtre et son double

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autour de l'Incantation:

 

"    Faire la métaphysique du langage articulé, c'est faire servir le langage à exprimer ce qu'il n'exprime pas d'habitude: c'est s'en servir d'une façon nouvelle, exceptionnelle et inaccoutumée, c'est lui rendre ses possibilités d'ébranlement physique, c'est le diviser et le répartir activement dans l'espace, c'est prendre les intonations d'une manière concrète absolue et leur restituer le pouvoir qu'elles auraient de déchirer et de manifester réellement quelque chose, c'est se retourner contre le langage et ses sources bassement utilitaires, on pourrait dire alimentaires, contre ses origines de bête traquée, c'est enfin considérer le langage sous la forme de l'Incantation."

 

[Antonin Artaud, Le théâtre et son double, p.69]

 

Autour du MANIFESTÉ:

 

   C'est un théâtre qui élimine l'auteur au profit de ce que dans notre jargon occidental du théâtre, nous appellerions le metteur en scène; mais celui-ci devient une sorte d'ordonnateur magique, un maître de cérémonies sacrées. Et la matière sur laquelle il travaille, les thèmes qu'il fait palpiter ne sont pas de lui mais des dieux. Ils viennent, semble-t-il, des jonctions primitives de la Nature qu'un Esprit double a favorisées.

     Ce qu'il remue c'est le MANIFESTÉ.

     C'est une sorte de Physique première, d'où l'Esprit ne s'est jamais détaché."

 

[Antonin Artaud, Le théâtre et son double, pp.91-92]

 

 

Autour de la sorcellerie objective animée:

 

"    C'est sous cet angle d'utilisation magique et de sorcellerie qu'il faut considérer la mise en scène, non comme le reflet d'un texte écrit et de toute cette projection de doubles physiques qui se dégage de l'écrit mais comme la projection brûlante de tout ce qui peut être tiré de conséquences objectives d'un geste, d'un mot, d'un son, d'une musique et de leurs combinaisons entre eux. Cette projection active ne peut se faire que sur la scène et ses conséquences trouvées devant la scène et sur la scène; et l'auteur qui use exclusivement de mots écrits n'a que faire et doit céder la place à des spécialistes de cette sorcellerie objective animée." 

 

[Antonin Artaud, Le théâtre et son double, p.113]

 

 

II. Les Correspondances traduites dans "Les Fleurs du Mal" de Charles Baudelaire:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                           

                                                                               

                                                                               La Nature est un temple où de vivants piliers

                                                                               Laissent parfois sortir de confuses paroles;

                                                                               L'homme y passe à travers des forêts de symboles

                                                                               Qui l'observent avec des regards familiers.

 

                                                                               Comme de longs échos qui de loin se confondent

                                                                               Dans une ténébreuse et profonde unité,

                                                                               Vaste comme la nuit et comme la clarté,

                                                                               Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

 

                                                                                Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants,

                                                                               Doux comme les hautbois, verts comme les praires,

                                                                               - Et d'autres, corrompus, riches et triomphants,

 

                                                                                Ayant l'expansion des choses infinies,

                                                                               Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens,

                                                                               Qui chantent les transports de l'esprit et des sens.

 

                                                                [Charles Baudelaire, "Correspondances", in Les Fleurs du Mal]

 

 

III. La Voyance rimbaldienne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arthur Rimbaud

 

"Je veux être poète, et je travaille à me rendre Voyant: vous ne comprendrez pas du tout, et je ne saurais vous expliquer. Il s'agit d'arriver à l'inconnu par le dérèglement de tous les sens. Les souffrances sont énormes, mais il faut être fort, être né poète, et je me suis reconnu poète."

 

[Arthur Rimbaud, Lettre dite du voyant du 13 mai 1871 à Georges Izambard]

 

 

"    Je dis qu'il faut être voyant, se faire voyant.

    Le Poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. Toutes les formes d'amour, de souffrance, de folie; il cherche lui-même, il épuise en lui tous les poisons, pour n'en garder que les quintessences. Ineffable torture où il a besoin de toute la foi, de toute la force surhumaine, où il devient entre tous le grand malade, le grand criminel, le grand maudit - et le suprême Savant! - Car il arrive à l'inconnu! Puisqu'il a cultivé son âme, déjà riche, plus qu'aucun! Il arrive à l'inconnu, et quand, affolé, il finirait par perdre l'intelligence de ses visions, il les a vues!"

 

[Arthur Rimbaud, Lettre dite du voyant du 15 mai 1981 à Paul Demeny]

 

 

"    Je reprends.

     Donc le poète est vraiment voleur de feu.

   Il est chargé de l'humanité, des animaux même; il devra sentir, palper, écouter ses inventions; si ce qu'il rapporte de là-bas a forme, il donne forme; si c'est informe, il donne de l'informe; Trouver une langue. [...] 

     Cette langue sera de l'âme pour l'âme, résumant tout, parfums, sons, couleurs, de la pensée accrochant la pensée et tirant."

 

[Arthur Rimbaud, Lettre dite du voyant du 15 mai 1871 à Paul Demeny]

 

 

 

IV. Das Gesamtkunstwerk, selon Richard Wagner

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Pour résumer à nouveau tout ce qui vient d'être exposé, sous ce rapport, en une formule synthétique, nous définirons la forme d'art la plus accomplie comme étant celle dans laquelle un ensemble très vaste de phénomènes de la vie humaine peut, - en tant que contenu, - se communiquer au sentiment au moyen d'une expression si parfaitement intelligible que ce contenu se manifeste dans tous ses éléments comme provoquant une émotion profonde et parfaitement satisfaisante de la sensibilité. Le contenu doit donc être toujours présent dans l'expression et, par conséquent, l'expression artistique toujours être représentative du contenu dans toute son étendue, car le non-présent n'est saisi que par la pensée, mais le présent ne l'est que par le sentiment." [Richard Wagner, "Poésie et musique dans le drame de l'avenir", in Opéra et Drame, Tome II,  pp.240-241]

 

 

 

V. Le Temps retrouvé, selon Marcel Proust

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Tant de fois. au cours de ma vie, la réalité m'avait déçu parce qu'au moment où je la percevais mon imagination, qui était mon seul organe pour jouir de la beauté, ne pouvait s'appliquer à elle, en vertu de la loi inévitable qui veut qu'on ne puisse imaginer ce qui est absent. Et voici que soudain l'effet de cette dure loi s'était trouvé neutralisé, suspendu, par un expédient merveilleux de la nature, qui avait fait miroiter une sensation - bruit de la fourchette et du marteau, même titre de livre, etc. - à la fois dans le passé, ce qui permettait à mon imagination de la goûter, et dans le présent où l'ébranlement effectif de mes sens par le bruit, le contact du linge - etc. - avait ajouté aux rêves de l'imagination ce dont ils sont habituellement dépourvus, l'idée d'existence - et grâce à ce subterfuge avait permis à mon être d'obtenir, d'isoler, d'immobiliser - la durée d'un éclair - ce qu'il n'appréhende jamais: un peu de temps à l'état pur." 

[Marcel Proust, Le Temps retrouvé, pp.178-179, Folio, 1989]

 

 

 

 

LE FIN MOT D'OUTRE-LIEUX:

L'INSOUPÇONNABLE, OU "EL DUENDE", SELON LORCA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"La llegada del duende presupone siempre un cambio radical en todas las formas sobre planos viejos, da sensaciones de frescura totalmente inéditas, con una calidad de rosa recién creada, de milagro, que llega a producir un entusiasmo casi religioso. […] 

 

Todas las artes son capaces de duende, pero donde encuentra más campo, como es natural, es en la música, en la danza y en la poesía hablada, ya que estas necesitan un cuerpo vivo que interprete, porque son formas que nacen y mueren de modo perpetuo y alzan sus contornos sobre un presente exacto. […] 

 

El duende... ¿Dónde está el duende? Por el arco vacío entra un aire mental que sopla con insistencia sobre las cabezas de los muertos, en busca de nuevos paisajes y acentos ignorados: un aire con olor de saliva de niño, de hierba machacada y velo de medusa que anuncia el constante bautizo de las cosas recién creadas.”

 

 

" L'arrivée du duende présuppose un changement radical, sous toutes ses formes, des plans surannés, provoquant des sensations de pureté totalement originelles, avec la délicatesse d'une rose fraîchement créée, d'un miracle, qui engendre un enthousiasme quasi religieux. [...] 

 

Tous les arts peuvent créer le duende, mais il trouve son essor avec évidence au sein de la musique, la danse et la poésie récitée, car ces expressions artistiques ont besoin d'un corps vivant qui les interprète, leurs formes naissant et mourant de manière perpétuelle, hissant leurs contours vers un présent parfait. [...]

 

 

Et le duende... Où est le duende? À travers l'arche vide, passe un vent de l'esprit qui souffle avec insistance sur la tête des morts, à la recherche de nouveaux paysages et d'accents ignorés: un vent qui sent la salive d'enfants, l'herbe écrasée et le voile de méduse, qui annonce le baptême permanent des choses fraîchement créées." 

 

[Extraits de la Conférence intitulée « Juego y teoría del duende », donnée par Federico García Lorca à Buenos Aires et La Habana en 1933]

 

 

LE MODE: LA TRANSAUTOBIOGRAPHIE

 

Les créations proposées par Le Théâtre de la Vouivre trouvent essentiellement leur origine dans la transautobiographie.

 

La transautobiographie approfondit la psycho-configuration imaginative de l'inconscient en éveil mis à nu sous les strates corroborées appelant à cor et à cri la structure archaïque des causalités assorties à l'obscurité étranglante ré-enchantée.

 

Re-sculpter la vie à l'intérieur des terres insoupçonnées, L'Au-Delà, dans la navette de l'onirisme surnaturel - Outre-Lieux

LE GENRE: LE META-MERVEILLEUX, AURALCHIMIE 

 

 

Le registre opératique syncrétique Meta-Merveilleux définit les mailles vitales de la psycho-configuration imaginative se réverbérant à travers l'Auralchimie, vue comme une transmutation rayonnante cristallisant les apparitions des êtres vibratoires aux sources diverses, au travers d'un mode opératoire imaginatif rassembleur, l'onirisme surnaturel.

LE TON: LA TRAGI-FÉERIE, OU L'OPÉRATIQUE

 

La tonalité expressive des arts explorés se caractérise par l'alliage de la tragédie et de la féerie dans un terreau opératique porteur, La Tragi-Féerie, vibrante dans la ligne scripturale, immanente dans l'image révélée, cristallisée en forme stellaire dans les arts vivants dans la puissance des états traversés, possédés, extériorisés au cœur du sujet spectaculaire, essentiellement opératique, faisant œuvre - opera -, désirant "posséder la vérité dans une âme et un corps" (Arthur Rimbaud).

 

LA SPIRITUALITÉ POÉTIQUE:

SOPHIA THÉO ÈS ARTS - MADEMOISELLE

 

 

L'Insoupçonnable, ou État de Virginité en Création - concept apparaissant dans le roman poétique Outre-Lieux - visite Sophia Théo ès Arts - Mademoiselle,  allégorie vivante de la Vierge-Inspiration au Souffle primordial.

La spiritualité poétique - divina poíêsis - ravive l'expression artistique de son rayonnement Ciel-En-Arc puisant dans l'État de Virginité en Création, souffle primordial de La Rose éternellement Vivante, inspiration pro-créatrice pro-créée, foyer de l'Origine per-génésique, Omphalos-Epsilon, profondeurs spiraliformes de L'Insoupçonnable.

 

 

SACRES ET CÉLÉBRATIONS, UNE VISIBILITÉ PALPABLE

Poésie, Arts et rituels performatifs se réfractent conjointement in vivo  dans les Sacres et Célébrations du Théâtre de la Vouivre, puis sont partagés sur Facebook dans des albums poétiques aux empreintes expérimentées, et dans les Videris (vidéos poético-instantanées) via Vimeo.

 

 

 

Marcel Aymé, La Vouivre,

illustration de Leonor Fini, 1964

 

La Vouivre, détail, Leonor Fini, 1964

 

Antonin Artaud

Charles Baudelaire

par Félix Nadar

 

Richard Wagner

Marcel Proust à l'âge de 22 ans

par Jacques-Émile Blanche

 

Federico García Lorca

*   *   *